Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 23:51

    Il était une fois Petit mille-pattes. Petit mille-pattes qui se faufile qui se dandine dans les couloirs. Petit mille-pattes s’est baladé lorsque le Petit Lord n’était pas là. Petit mille-pattes a retrouvé sa cachette.

     

    Il était une fois, un joli papillon égaré dans une chambre. Joli papillon tourne tourne tourne en rond. Joli Papillon virevolte dans tous les sens pour éviter les mains du Petit Lord. Petit Papillon s’échappe par la fenêtre, et le Petit Lord auss… Non ! Je ne sais plus si c’est Bibi Thomas Christophe ou Amzo, mais l’un deux l’a rattrapé à temps, Little Lord suivait son papillon.

     

    Il était une fois un jour de pêche à l’épuisette. Cédric le grand barbu, qui connaît chaque brin d’herbe du quartier, éveille les sens des enfants et leur fait découvrir les joies des toutes les petites bêtes de l’étang. Mini sangsues, notonectes, dytiques, planorbes et autre argyronètes se baladent dans le bocal. Little Lord dans son épuisette attrape un poisson chat. Magnifique. Monstrueux. Affamé.

     

    Poisson-chat se retrouve  avec les petites bêtes du bocal. Un ouragan plus tard, l’eau du bocal est translucide.

    Poisson-chat n’a plus faim, il regarde béatement le Petit Lord.

     

    Il était une fois Long Scolopendre. Magnifique. Poilu. Vif. La truffe brillante. Du genre qui traverse les couloirs en courant. Du genre qui effraie les petites filles. Du genre qui fait trépigner le Petit Lord. Long Scolopendre rencontre une enveloppe glissée par les petits doigts de Little Lord, et rejoint ses copains.

     

    Il était une fois un Petit Lord. Les yeux brillants, au moment de l’inventaire de fin de séjour, il nous dévoile ses trésors. Quatre enveloppes, légèrement gonflées, cachées sous son matelas. Quatre enveloppes que je lui ai « prêtées » en début de séjour. Dans la première, Long Scolopendre et ses copains, toujours poilus, mais bien moins vifs. Dans la deuxième, des araignées, mais sans leur toile, les yeux éteints. Dans la troisième, des cloportes, des vrais, trouvés au creux des pierres de notre ancienne écurie. Et enfin, dans la dernière, des myriapodes. Un joli nom pour une bestiole munie de lassos sur le corps. Un vrai trésor pour notre enfant Princier, qui les aurait préféré vivantes ses petites bestioles, mais ne savait pas comment faire pour les garder.

     

    Nous, on n’a rien vu. Ni qu’il y avait autant de petites bestioles dans les murs. Ni que le Petit Lord faisait des collections. Ni qu’il éradiquait tranquillement l’écosystème des murs de l’écurie.

     

    Et pourtant, on a très peu laissé cet enfant là sans surveillance, avec sa manie de suivre les papillons par les fenêtres du deuxième étage.

    Partager cet article

    Repost 0

    commentaires