Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 22:26

     

    « Mais tu es fan ! » m’a dit mon amie lorsque je lui dis, lors du Concert anniversaire des 20 ans des Ogres de Barback à l’Olympia, que mon dernier concert… c’était les Ogres, un an plus tôt.

    Déjà, ce n’était pas tout à fait vrai, j’en ai fait quelques autres depuis.


    Et puis… non. Je ne suis pas fan. On ne peut pas être fan des Ogres. Parce que pour être fan, faut avoir une star, et tu vois, les Ogres, c’est pas une star.


    Les Ogres, c’est des gens. Bon ok, dire ça pour des ogres, ce n’est pas banal. C’est des gens, des vrais gens, qui font de la musique et qui disent plein de belles choses dans leur musique. Des gens de valeurs, des artistes qui nous font ouvrir grands tous nos sens quand on les écoute, quand on les voit. Parce qu’ils nous font réfléchir aussi, et grandir en gardant une âme d’enfant. Mais pas des stars. Les stars, ça a quelque chose d’inaccessible, ça se croit vraiment grand une star, et ça te fait te sentir tout petit. Une star, ça fait pas grandir ses fans, je ne pense pas...


    Les ogres, ils sont 4. Et ils jouent de la flûte traversière (et que je me sens toute petite avec ma flûte à moi lorsque je vois et j’entends Mathilde jouer…), du violon, du violoncelle, de l’accordéon (alors que c’est, quand même, un instrument pour les cons !), du tuba, du trombone, de la trompette, du piano, de la scie, des claquettes, de la basse, de la guitare électrique, des mots, de la contrebasse, des percussions, de la voix aussi… et j’en oublie sûrement.

    Quand on est modestement musicien, un concert des ogres, même quand ils ne sont que quatre, c’est un vrai régal !


    Les Ogres, ça a quelque chose de terrifiant normalement. Mais pas eux. Ces ogres là, quand ils sont devant toi, ils sont comme toi. Et puis les ogres, dans leur musique depuis tout ce temps, ils amènent et font danser le monde entier. La musique pour eux a toute les couleurs, ils subliment les sons du monde.


    Les Ogres, pour leur anniversaire de 20 ans, ils font monter sur scène leurs amis et leur famille, et ceux là ont entre 4 et 80 ans, à vue de nez. Et ça, c’est juste bon. Dans la salle c’est pareil, de 4 à 80 ans, et tout le monde chante et tout le monde danse. Et tout le monde a parfois les poils des bras qui se dressent, le cœur qui se serre…


    Les ogres, pour leur anniversaire, font plein de cadeaux aux gens qui partagent leur route. Et ils le font en toute humilité. Quand tu rencontres les Ogres, ailleurs que  sur scène, ils sont tout autant intimidés que toi et il se dit peu de choses. Ma fille a parlé avec Fred, a dit « à tout à l’heure » à Alice avec un signe de la main, mais ce jour là, il y a un an, à quelques heures de leur concert on n’a pas échangé beaucoup plus qu’un merci. Lorsque tu les vois sur scène, tu vois aussi toute cette réserve et cette pudeur, qui n’empêche pas la folie, et surtout pas le talent. Et quand tu vois de loin les ogrillons, c’est la même simplicité qui se dégage de leurs attitudes. Une bande de gamins qui ressemble aux tiens finalement.

     

    Je ne sais pas pourquoi ils s’appellent les Ogres de Barback. Mais les Ogres ça leur va bien, parce que tout ce qu’ils voient tout ce qu’ils vivent tout ce qu’ils entendent, ils le dévorent le subliment et nous le font déguster, rêver, hurler aussi parfois, parce que c’est nécessaire.


    Bon anniversaire les ogres, et encore plein de joyeux bordel tout autour de vous !

     

     

    L'effet des Ogres de Barback sur Amandine

    l'année passée, en fin de concert.

    IMAG1360.jpg

    Le Site de Les Ogres :

    http://www.lesogres.com/actuhome/upload/images/news_photos/18-cart-com-recto.jpg

    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 21:21

    C’est seulement aujourd’hui que je me rends compte, que ma Mémée a traversé deux guerres. Deux guerres toutes entières.


    Deux guerres dont je ne me souviens pas avoir parlé avec elle.


    Ma mémée, je l’appelais mémée Poule. Elle était de plus en petite et moi de plus en plus grande. Elle me disait toujours que j’avais encore grandi. Ma mémée m’a offert ma boite à couture, dont je me sers toujours. Elle est tout en vrac ma boîte à couture, et chaque fois que je l’ouvre je me dis que ça, ça ne lui plairait pas trop à ma mémée.


    Ma mémée, je sais qu’elle regarderait ma jolie demoiselle, qu’elle n’a pas eu la chance de connaître, avec ses yeux bienveillants de mamie qui aime les aime les enfants, qu’elle l’appellerait « ma p’tite fille ». Un jour qu’elle avait un peu plus d’un an, j’observai ma tartelette en train de s’activer à sa table de dessin. Et j’ai vu ma mémée, elle lui ressemblait. Alors j’ai continué de la regarder en souriant.


    Ma mémée, elle m’a appris des mots que j’utilise toujours, des mots que tu ne connais pas forcément. Le dvantio et le ramasse-bourrier par exemple. Ma mémée parfois, elle regardait par la fenêtre pour dire « ho, l’temps s’aberdaunit, y va cheu’n’r’napée ! ». Dans ce cas là, soit on restait au chaud dans la maison fraiche, soit on sortait les parapluies.


    Ma mémée, elle habitait dans la maison où j’habiterai quand je serais grande avec mes sept enfants. Ou pas finalement. Cette maison là.


    Ma mémée, je crois qu’elle serait contente de savoir le métier que je fais aujourd’hui, et qu’après mon dos cassé j’y suis arrivée. Qu’est-ce que j’aurais aimé pouvoir lui annoncer !


    Ma mémée, elle s’appelait « hé dis donc », ou « es-tu là » quand c’est mon pépé qui l’appelait. Ma mémée a appris à lire à tout plein d’enfants, dont ma maman, son frère et ses sœurs. Ma mémée m’a appris à jouer au scrabble, et j’aime toujours autant les mots, les vrais. J’ai l’impression de contaminer ma fille.


    Ma mémée enfin, je l’ai racontée à ma fille, comme mon pépé d’ailleurs. Du haut de ses trois ans un jour où l’on passait pas loin de chez eux, elle leur a envoyé des bisous prout. Pour les faire rigoler, parce qu’on ne doit pas trop rigoler souvent quand on est mort, m’avait-elle dit sans prononcer les R qui n’avaient pas encore trouver le chemin de sa toute petite bouche. Une autre fois ici, dans ma maison qui a elle aussi un escalier en bois et quelques recoins dehors, Amandine a couru en rond dans le jardin pour revenir s’asseoir près de moi. Elle m’a expliqué qu’elle pensait à Pépé et Mémée Poule. Elle les avait fait courir un peu parce qu’on doit pas courir beaucoup quand on est mort.


    Bon anniversaire Mémée ! 100 ans c’est pas tous les jours.


    On est un peu éparpillés tu sais, mais qu’est-ce qu’on pense à toi, à vous ! Et je sais que nous tous, ta famille, à la manière d’Amandine on te fait partager nos petits et grands bonheurs en pensant fort à  toi, à pépé. Et il n’y en a pas un qui fait du vélo sans prendre pépé sur son porte bagage. Merci pour tout !

    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 18:06

    J’ai rencontré une marmotte.


    Oh, pas une marmotte de la montagne hein, une marmotte avec les pieds au nord et la tête au sud, une marmotte qui fume des clopes et joue avec les mots, une marmotte avec deux marmottons sûrement bien mignons.


    Ma marmotte, elle me met des idées d’évasion dans la tête, elle me fait m’envoler un peu loin de mon quotidien tout en me laissant les pieds sur terre. Elle est trop loin pour devenir autre chose que ma marmotte du moment, trop près (cieuse) pour que j’ai envie de m’en séparer tout de suite, trop occupée dans une vie qui a l’air un peu jolie pour que j’ai envie de trop fouler l’herbe de sa prairie… ho non j’ai pas envie de déranger sa prairie.

     

    Y’a d’autres marmottes qui y vivent, et ça c’est important.

     

    Ma marmotte, elle arrive pile au bon moment. Pile quand j’en ai assez de retourner dans tous les sens la mienne de prairie pour essayer de faire l’herbe jolie mais que ça prend pas, pile quand j’ai envie de la laisser en jachère cette prairie pour aller me balader,, pile quand il faut que je m’occupe de moi avant de m’occuper de ma prairie.

     

    Pour mon Amande, y’a pas de soucis, son petit bout de prairie à elle est tout joli, ça j’ai bien réussi.

     

    Ma marmotte est joueuse, elle gagne parfois, elle perd aussi, elle me fait rire je la fais sourire. Ou peut-être l’inverse, ou peut-être les deux. Ma marmotte, elle est taquine, elle se cache, ressort de derrière son caillou pour se cacher à nouveau. Ma marmotte, elle aime plein de trucs dans la vie que j’aime aussi, puis d’autres pas pareil, on est un peu collègues germains, un peu de la même année ou presque, si peu pas de la même année que ça compte pas, un peu émerveillés par la vie tous les deux.

     

    Ma marmotte, elle m’a fait retrouver le plaisir de séduire, le plaisir d’être séduite, le plaisir de la rencontre. Ma marmotte, elle m’aère la tête et le cœur pile au moment où j’en ai bien besoin.

     

    Peut-être qu’à un autre moment de nos vies, notre rencontre aurait pu transformer ma marmotte en prince charmant, moi j’aurai fait la princesse. Là, c’est pas possible, parce que… ben parce que c’est une marmotte, pas une grenouille … et puis mois j’ai pas de diadème. Du coup juste se dire qu’un truc joli aurait pu nous arriver, ça permet de faire que du joli dans nos têtes, et de continuer à sourire à la vie.

     

    Eopaeae jolie marmotte…

     

    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 16:24

    Les premières mains de ce vendredi sont des mains qui soulagent, des mains qui écoutent. Elles se posent d’abord sur ma nuque, puis sur mon crâne, sur mon bassin. Sur mon ventre aussi. Des mains qui parlent à mon corps, des mains qui dénouent, par de petits mouvements. Les appuis font mal parfois, puis la douleur passe.

    Ces mains connaissent mon corps, ces mains savent le dénouer, me rassurer aussi. Tout se passe bien. Ces mains ont communiqué avec le petit être au fond de moi. Un grand moment.

     

    Les mains suivantes sont justes croisées, l’une sur l’autre. Ces mains là sont reliées à des oreilles qui écoutent, mes douleurs, mes angoisses, mes avancées aussi. C’est plus facile pour moi de parler à ces mains qu’aux yeux qui sont plus haut. C’est plus facile parce que dès que je croise le regard de cet homme là, mes angoisses sont trop fortes, les larmes sont trop présentes.

     

    Et enfin, vendredi soir, j’ai retrouvé des mains oubliées. Des mains noires, foncées, aux doigts longs, magnifiques, des mains sur une basse. Les vibrations viennent au creux de mon ventre. La voix de l’homme qui a de si belles mains n’a pas changé. La voix chante « Ayo » pour celui qui a de la peine. Je bois ses paroles en admirant ses mains.

     

    A la fin, du concert, je m’approche. Cela fait 8 ans que nous ne nous sommes pas vus, 12 ans que nous sommes partis ensemble avec des enfants pour une de mes expériences les plus fortes. Ses yeux croisent les miens, il est aussi étonné que content de me voir là. Quelques souvenirs, quelques nouvelles aussi, un instant de paix.

     

    Je rentre chez moi.

     

    Tes mains ne sont pas là pour m’accueillir, et les miennes n’ont personne à enlacer…

    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 18:34
    Tu croyais que c'était fini ?
    Non non, cette maison est habitée, animée
    Ils sont là quelque part
    Ils guettent et ils protègent...

    Celle-ci veille tranquillement
    Sur le totem des princesses

    l'ether de Cécile


    Celui-là tout petit
    se cache dans des boques aussi grosses que lui
    Celui-là tout petit
    dresse son nez et son museau

    l'ether de Cécile




    Et lui ?
    Un jour le lapin l'a touché
    "Chat!" a-t-il dit
    Et voilà le résultat... c'est lui le chat !

    l'ether de Cécile


    Ici on me dit que c'est une chouette
    Moi je vois aussi un chat
    Ou bien est-ce une chouette qui elle aussi veut jouer à chat ?

    l'ether de Cécile

    Merci Cécile

    (à suivre...)


    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 23:54
    Seul.

    En accoustique.

    Seul.

    Il refait sa vie, une vie en chanson.

    Seul, et tellement en même temps.

    Ce type est magique. Il a 5 ans dans ses yeux, même si de loin on ne les voit pas très bien.

    Il change de guitare à chaque chanson, si bien qu'on  a l'impression qu'il a autant de guitares que de chansons. Parfois, sa guitare est un piano.

    Il a 5 ans, et pour son Noël au mois d'août il a trouvé au pied du sapin une boîte avec des boutons dessus. Un truc à rendre fou le Caribou.

    T'appuies sur le  bouton, tu joues de la musique, quand tut rouves que ça te plait tu arrêtes de jouer, t'appuies sur le bouton (ou un autre, je sais pas j'ai pas vu), et ça joue toujours en boucle le petit bout. Tu fais tes bandes sons en live, avec les sons qui continuent, qui d'additionnent qui s'amplifient, qui s'inversent, un peu comme tu en as envie.

    On faisait ça avec les mômes en colo, comme une batucada, les instruments rentrent les uns après les autre, avec des rythmiques qui s'additionnent se complètent , un chef d'orchestre qui coordonne et les solistes qui s'éclatent par dessus.

    Jean-Louis, avec sa boîte à sons en direct live, il te fait tout  tout seul... le chef d'orchestre et tous les instruments et les solos et le chant et les choeurs. Enfin, pour les choeurs, on a aidé aussi. La salle chantait  beau, sans crier, c'était juste, c'était beau.

    Tu pourrais croire qu'il va trop en faire avec son jouet. Mais non. Il a du faire un travail de fou pour caler ses doigts sur les cordes, sa voix  et les boutons de la machine du bout des pieds.

    Ce type est magicien.

    Il sait aussi tenir toute la salle en haleine, avec juste sa guitare ou son piano et sa voix. Personne ne bouge, et ça fait des frissons dedans...

    Ce type est magique.

    Il nous a offert Un tour sur lui-même, il nous a offert 2 heures de bonheur,  merci Jean-Louis Aubert !
    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 12:00
    La petite, celle qui est une princesse,  a choisi le papillon.

    Rose et bleu.

    Et avec de l'argent brillant.

    C'est normal, c'est une princesse...

    Une princesse papillon aux couleurs pastelles.... une princesse papillon tout en calins-bisous


    La maman, c'est un papillon doré, un papillon couleur terre, un papillon aux yeux verts.


    La plus grande. La plus grande ne disait rien jusqu'à ce que j'aille la chercher. "Emma ? Tu veux?" Une seconde plus tard son stylo est fermé, elle n'attendait que ça. Une Emmapillon, c'est bleu. Bleu et argenté, bleu roi aussi, c'est un bleu de reine qui l'illumine.

    Un rire dans l'escalier, une ado court et rit en même temps, elle aussi c'est la famille papillon. Mais cette papillon là ne fera pas comme les autres.

    "Moi j'aime les chats."

    OK... et quelle couleur ?

    "Bah moi c'est pas facile hein j'aime le noir."

    J'aurai pu la faire tout en noir, mais c'est finallement un chat qui se glisse au milieu des papillons virevoltant, un chat gris noir et blanc. Un chat qui rit tout le temps, un chat à fleur de peau qui laisse couler une larme et change de visage, un chapillon qui papillonne du rire aux larmes.

    La famille chapapillon a passé commande d'un clown sur ma tronche, et c'est ainsi que nous sommes passés à table, irréalistes, et heureux.

    maquillages.jpg

    Quatre moments d'intimités partagés pour une soirée bonheur...
    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 20:55
    Trois femmes qui ont de l'or au bout des doigts, et des sentiments  bouillonnants...
    Elles nous le font partager
    Pour le bonheur des yeux
    C'est par là :


    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 12:18
    Fred, notre tubiste en chef et sa fille Manon
    ont commis de chouettes photos que je vous fait partager.

    Tout le monde est installé, ne manquent que les hockeyeurs...

    hockey-viry


    A la place d'un musicien...
    Prêt à jouer ?


    hockey-viry


    En pleine action
    Manque le son...


    hockey-viry




    Et enfin,
    Des flagrants délits de musiciens
    au regard porté sur la glace !
    (notez que c'est le dernier rang...)


    hockey-viry

    hockey-viry


    Ceci étant, je ne me remets de la petite crève que j'avais ce soir là.
    C'est dangereux de jouer dans une patinoire !
    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article
    14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 23:48
    Samedi, 17h45

    L'orchestre (nous) s'installe.
    Il y aura des blancs et rouges, mais surtout, il y aura les jaunes verts.
    Et nous, nous sommes là pour les jaunes et verts.

    hockey-viry

    17h55
    Les adversaires viennent d'Annecy
    Pays du froid et de la glace
    Les adversaires sont favoris.

    hockey-viry


    Les autres, les nôtres,
    Sont d'un pays où la patinoire a brûlé, ou celle-ci est toute neuve
    Les nôtres retrouvent leur marque dans leur nouvelle "maison"

    hockey-viry


    Le match peut commencer
    Nous sommes juste derrière les joueurs d'Annecy
    Et pourtant c'est Viry que nous allons encourager !

    hockey-viry


     
    Le spectacle commence derrière moi
    Et pour parler à ceux de devant,
    Parfois je crie parfois je montre mes fiches
    C'est comme à la télé et ça marche !

    hockey-viry


    Dirigier et jouer,
    un minimum de concentration
    Et c'est parti pour 3 tiers-temps d'animation musicale

    hockey-viry


    Lorsque les jaunes mettent le palet dans la cage
    L'orchestre se met à hurler
    Si nous sommes en train de jouer
    on recommence le morceau
    après quelques minutes de délire

    hockey-viry


    Les musiciens se prennent au jeu
    Les départs sont bancals à cause des yeux qui traînent sur la glace
    Le spectacle est presqu'autant devant que derrière moi !

    hockey-viry



    Et finallement au bout du compte
    "On a gagné!"
    5 à 3
    C'est génial...

    hockey-viry


    Les joueurs sont contents
    ça faisait longtemps
    Et pour leur premier match dans la nouvelle patinoire
    ça fait du bien !
    Bravo à eux...

    hockey-viry


    Ce fut un beau match
    (enfin il parait, j'ai pas tout vu...)

    hockey-viry

    Et nous, on a passé une super soirée !

    Le match de rugby nous a semblé bien mou après ces deux heures de follie...

    (photos de Loïca)


    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article