Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 22:19

    Il était une fois il y a 65 ans plus ou moins environ.


    5 mômes, de bébé à pas très grands,  jouent dans la cour de l’école qui leur sert aussi de maison. Dans la cour de l’école ou pas très loin, je ne sais pas je n’y étais pas, un puits.


    Une des plus effrontée des 4 plus grands grimpe sur la margelle et cherche à accrocher son seau en jouet pour aller chercher de l’eau tout au fond.


    Un papa attentif voit le drame en train de se jouer et intervient, discrètement, pour faire redescendre ce petit monde de son délire. Puis une fois descendu c’est la peur qui l’emporte et c’est avec une bonne claque sur les fesses du pain sec et de l’eau que la bande de gamins va se coucher.


    La plus grande, ma tata M, se rappelle bien de tout ça, et nous le raconte aujourd’hui ; ma maman l’effrontée se rappelle bien de la claque sur les fesses mais pas du pain sec et de l’eau. Mon pépé quant à lui n’est plus là pour raconter.


    Ma fille à moi, la petiote du haut de ses 6 ans en a gros sur le cœur d’écouter cette histoire et pleure de cette injustice terrible que d’envoyer au lit, sans manger que du pain sec et de l’eau, sa mamie ; après lui avoir donné une fessée. C’est impossible, ce pépé qu’elle n’a pas connu est bien trop méchant, et sa pauvre mamie si petite n’aurait jamais du être punie aussi fort. C’est Tata Léone qui en a de la chance car elle, comme c’était un bébé, elle n’est pas montée sur le puits et n’a pas été punie.


    J’ai beau lui expliquer que ça fait si longtemps que c’est oublié pardonné, j’ai beau lui expliqué que pépé a grondé suffisamment fort ses enfants tellement il avait eu peur pour eux, tellement c’était dangereux, et pour qu’ils ne recommencent jamais ça. Mais rien n’y fait. C’est injuste et c’est tout.


    Avant de se coucher, ce soir d’injustice nostalgique, l’enfant demande à lire son nouveau livre merveilleux, « le Kididoc des Pourquoi ». On y apprend pourquoi le pipi est chaud, pourquoi la pluie, pourquoi les égouts, pourquoi les rayures des zèbres ou encore pourquoi les poils.

     

    Mais aussi, pourquoi doit-on obéir à ses parents. « Parce qu’ils ont plus d’expérience : ils savent ce qui est dangereux et ce qui ne l’est pas. Ils protègent leurs enfants et les aident à grandir. »


    Et là, le cerveau émotionnel frontal de l’enfant de 6 ans du tac au tac réagit à ses quelques mots pour fustiger son pépé qu’elle connaît même si elle ne l’a pas connu parce que quand même, c’est pas en donnant du pain sec et de l’eau à ses enfants qu’on les aide à grandir ! et encore moins sa mamie à elle !


    Alors moi, la maman à mon tour, je lui demande pourquoi il a voulu les gronder assez fort et qu’ils ne recommencent jamais jamais cette bêtise. Et là le cerveau déductif de l’enfant qui grandit s’est mit en route instantanément pour prendre le relais du cerveau primal, les larmes se sont arrêtées.


    « Parce qu’elle aurait pu mourir en tombant…"


    [rapide pause de réflexion express]


    "Mais alors maman, si mamie elle était morte, tu serais pas née, et moi non plus ! hooooo…. »

     

    Et debout sur le lit, dans la maison de mon pépé et ma mémée (les autres, ceux qui avaient parfois un ptit gars à gronder lorsqu’il faisait des bêtises) mon petit bout de machin déjà grand se met à envoyer en l’air des bisous qui volent et des merci. Pour son pépé qui a réussi à protéger sa mamie, et à nous donner la vie.


    Merci pépé, tu m’a permis une bien jolie rencontre en sauvant ma maman !

    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 19:08

    C’est un soir pas tout à fait comme les autres. C’est un soir où l’on attend des nouvelles.

     

    Comme chaque soir, la môme ne veut pas prendre une douche.

     

    Comme chaque soir, la môme est ravie de prendre un bain. Ho, elle n’est pas toute seule dans le bain. Les mamans Playmobil, les bébés Playmobil, le cheval Playmobil, la carriole Playmobil qui fait plein de fois le tour de la baignoire. Et même que le cheval fait caca dans la baignoire…Si.

     

    C’est un soir où j’attends des nouvelles, et pour attendre sans penser je vais tuer des bonbons pour continuer de rester au même niveau. Le tuage de bonbons est une activité populaire à l’heure actuelle, qui peut nous amener à des niveaux insoupçonnés mais permet de combler des insomnies ou bloquer le cerveau sur le mode « il est où ce bonbon rayé pour qu’enfin je finisse ce put*** de niveau ! ». Quand tu es dans le mode tuage de bonbons, il n’y a plus de conflit à régler au boulot, tu n’as plus mal à la cheville,  il n’y a plus de rythmes scolaires (de quoi ??). Il n’y a plus l’attente de nouvelles non plus. Tu tues des bonbons.

     

    Et l’enfant trempe. Et la charrette roule. Et le cheval… le cheval quoi.

     

    Quand soudain je m’interroge, entre un bonbon rayé et un bonbon multicolore (ça, ça tue des milliards de bonbons comme combinaison, c’est le pied !), sur le niveau d’eau du bain. Et bien le niveau 345 a généré une baignoire pleine. Très pleine. Très très pleine même.  345 litres d’eau sûrement. Avec dedans, un enfant qui trempe. Et qui dit « ho j’ai pas vu tellement j'ai bien joué ! »

    (C’est vraiment nul de se laver… je comprends pourquoi elle râle à chaque fois !).

     

     

    Une baignoire si pleine de tant d’eau chaude, une enfant si souriante dedans, un niveau 345 qui ne veut pas passer, des nouvelles qui ne sont pas arrivées malgré le tuage de bonbons… ça donne une maman qui plonge aussi dans le bain.

     

    Et là, moment divin. Dans l’eau chaude, une enfant, et un peau à peau comme quand elle était si petite qu’elle tenait sur mon ventre. Et un câlin, super long… moi j’attends des nouvelles dans ma tête, elle attend des nouvelles de tout son corps. Alors on se retrouve en entier et ça dure longtemps et ça fait un bien fou. Sans bouger. Juste un mot de temps en temps. Une question tout bas pour être sûre de ne pas avoir une réponse qu’on n’attend surtout pas… « Maman, il va bien papi ? ». Un mot pour dire que oui, mais j’attends encore pour savoir vraiment… et son petit corps attend encore.

     

    Et tout à coup, comme une lumière qu’on allume d’un coup, une nouvelle question, posée très fort celle là : « Tu trouves pas qu’il fait un peu froid quand même ? Et tu prends toute la place dans le bain ! ».

    Ok, on n’attend plus, ça viendra de toutes façons. Je sors de l’eau. Elle aussi. Course à qui s’habillera le plus vite, elle a gagné ! « C’est normal, moi j’ai pas de soutien-gorge ! »… oui heu enfin, je dors sans soutien-gorge moi…

     

    Le téléphone sonne ! En bas. On est en haut, à moitié pas en pyjama, le téléphone sonne en bas, et les nouvelles n’arrivent pas.. pas encore.

     

    Mais elles sont bonnes les nouvelles. Ça s’est bien passé, le réveil est difficile, mais papi demande si la môme a eu du chocolat au goûter. Tout redevient normal.

     

    « T’es rassurée ma puce ? »

    « Pas tout à fait maman. »

     

    Oué. Moi non plus. Pas tout à fait encore…

    On le sera d’avantage dans quelques jours.

     

    2014.04.des nouvelles

     


    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 10:56

    Depuis qu’Amandine est née, Pitt Ocha nous accompagne à la maison, dans la voiture, avec un réel bonheur.

     

    Les deux premières histoires sont encore trop dures pour ses oreilles de 4 ans, elle a peur de cette histoire d’une maman qui meurt, si bien que jusqu’à maintenant elle n’a pas pu aller beaucoup plus loin dans l’histoire. On sait bien que Pitt s’est vu offrir un Chap’iteau, qu’il sait jongler avec les bruits, mais elle n’a pas encore bien compris que sa nouvelle vie était dans un camp de caravnes. Et le pays des mille collines, je crois bien qu’elle a bien compris que c’était l’histoire d’un drame de l’ordre de l’insurmontable. On écoute on chante on danse sur les chansons, mais je la laisse grandir encore un peu pour prendre le temps de cette histoire.


    Hier, nous sommes allés cherché « Pitt Ocha qui est arrivé à la poste ! ». C’est la tisane aux mille couleurs qui nous arrive. Amandine, c’est une petite fille aux mille couleurs. Son univers est de toutes les couleurs, de ses dessins à ses habits en passant par ses émotions.

    Hier, nous avons écouté le nouvel album. Mais « pas l’histoire maman pas l’histoire ! » … « Tu sais sa maman elle est morte… »


    Hier soir, nous avons lu le livre. Un peu difficile à comprendre parfois, il fait un peu peur aussi, ce pays si gris et Jeanne tellement malade qu’elle ne peut pas parler. Elle a lutté pour ne pas y rentrer, mais au bout du compte elle a plongé dedans. « Nous maman on l’aime pas le lait tout gris hein ».


    Ce matin, ma petite fille m’a rejoint dans mon lit pour me raconter qu’elle avait rêvé des « jaunes aux barbes multicolores », à Pitt Ocha et son copain, « pas bêtes ! », et à Jeanne si malade qu’elle ne pouvait pas parler, au pays qui « retrouve ses couleurs de toutes les couleurs ».

    Là tout de suite à côté de moi, ses livres préférés et ses poupées autour d’elle pour se protéger de ce monde un peu inconnu, Amandine écoute l’histoire. Elle attend d’entendre Jeanne, elle me demande si la tisane est terminée, « Est-ce qu’elle va mieux celle qui est malade  maman ?». Et ça y’est, en même temps que j’écris ces mots, Jeanne parle à Tisan, ma puce sourit, elle est soulagée elle aussi.


    Amandine, c’est une petite fille qui parle beaucoup, mais souvent si peu dès qu’il y a beaucoup de monde autour d’elle. Son monde multicolore se ternit un peu, sa joie de vivre a plus de mal à s’exprimer. Alors je crois que l’histoire de Jeanne et ce pays tout triste qui s’ouvre enfin à toutes les couleurs fait un joli parallèle, quand elle se lance des défis pour aimer être dans le grand monde aussi à l’aise qu’elle l’est dans son petit monde.


    Merci les ogres de prendre nos enfants pour ce qu’ils sont, de grandes personnes qui nous paraissent si petites, merci de leur amener le monde, ses sons et ses couleurs, dans leurs petites oreilles.

     

    http://www.lesogres.com/newsletter/couvpitt.jpg

    Pitt ocha et la tisane de couleurs - Les ogres de Barback - Label Irfan

    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 21:58

     La première fois qu'elle l'a fait, c'était par inadvertance. De ma part bien sûr :)

    Le matériel était prêt pour que je la maquille en tigre...

    Et le temps de revenir de la cuisine, je l'ai trouvée installée, le pinceau à la main, et c'était parti pour son premier maquillage toute seule.


     maquillage


     Elle avait deux ans et demi, et s'était maquillée en ours : 

     

     maquillage

     

      Un mois plus tard, sous mes yeux de maman émerveillée, le premier clown :


     maquillage  


    Celui-ci, le mois de ses trois ans, c'est un tigre.

    Pas tant que le résultat, c'est le processus que j'adore, la regarder faire, réfléchir, se concentrer,

    agencer les couleurs et s'observer :


      maquillage

    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 21:32

    C'est bien beau de reprendre le blog, encore faut-il publier !

     

    J'aurai pu vous parler de mon bonnet, mais j'ai pas pris de photos.

    J'aurai pu faire un chouette billet avec les maquillages d'Amandine, ceux qu'elle se fait elle même, c'est juste épatant. Mais j'ai pas pris le temps.

     

    Alors juste, pour le plaisir, celui qu'elle a choisi aujourd'hui. De toutes les couleurs, et avec des ballons. Photos prises du portables, les couleurs saturent un peu, mais l'idée est là... et elle était ravie et fort jolie !

     

    maquillage

    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 20:50

    Les bonhommes, dans les doigts des petits, ça vient d'un coup.

     

    Y'a pas de bonhommes, y'a des gribouillis, parfois des gribouillis qui ont un sens pour l'enfant.

    Mais c'est tout.

    Et hop, un jour, une larve de bonhomme.

    Ce jour là, mon Amande a dessiné son pote Y.

    Elle en a fait plein d'autres, mais je n'ai photographié que Y.

    Ils avaient tous le même concept de base, avec des formes différentes.

     

    Son copain Y donc, au mois d'octobre :

     

    dessin de Y par Amandine

     

    Pour la petite histoire, son copain Y est né 26 heures avant elle, ils ont deux jours d'écart même si c'est à peine, et surtout, ils étaient potes de maternité. Et les voilà potes d'école, et visiblement, le feeling passe bien entre les deux.

     

    Revenons à nos bonhommes.


    Après ces bonhommes là, hop, plus de bonhomme.

    Le temps passe, et les vacances de Noël arrive.

    Une soudaine envie de "ma peinture", et voilà un nouveau bonhomme qui surgit du pinceau.

    Il des lunettes celui là, visiblement super grosses,

    on ne lui voit plus le visage pourtant il en avait un.

     


    dessin de Y par Amandine

     

    A nouveau, plus de bonhommes.

     

    Papi et Mamie ont dépoussiéré le tableau blanc, acheté des feutres.

    Mais non pas question de dessiner.

    Jusqu'à hier, d'un seul coup, ça lui prend comme une envie de pipi,

    il n'y a plus qu'une seule envie, dessiner.

    Et là, c'est partie pour une série de portraits.

    En pieds.

    Mais nus visiblement.

    Une fois elle m'a dessinée avec mon t-shirt et mon pantalon,

    ça a donné un gros gribouillage vert et bleu qui a recouvert le bonhomme-moi.

     

    Les détails des dessins de mon Amande : tous ses bonhommes ont des joues. Souvent à l'extérieur du visage. Et les cheveux ne sont pas attachés à la tête.

     

    Son copain N :

     

    dessin de Y par Amandine

     

    Sa cousine (les deux taches vertes sont les joues, et les 17 traits les cheveux, les deux taches vertes dans les cheveux les oreilles, les bras sont bleus et tous petits) :

     

    dessin de Y par Amandine

     

    Et là, c'est moi. Pas besoin d'explications, je suis juste magnifique :

     

    dessin de Y par Amandine

     

    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 22:25

    Zoridae, a proposé à ses lecteurs d'écrire sur le thème "fils".
    Je me suis prise au jeu.



     

    Ce fils là ...

    Lorsque son fils est né il n’avait pas 20 ans et était encore un enfant. Lorsque son fils est né elle n’en avait guère plus et était encore une enfant.

    A cette époque il fallait avoir 21 ans pour n’être plus enfant.


    Leurs parents n’ont pas voulu de ce couple là, couple improbable de leur fils et de la bonne pour les uns, de leur fille et du fils des patrons pour les autres. Cela ne se faisait pas !


    La jeune maman est restée chez ses parents, a tapé du pied pour que son fils soit bien le sien et non un autre de ses petits frères, son père à elle l’a soutenue. Le jeune papa passait régulièrement voir son fils et partageait du temps avec lui et sa belle amoureuse. L’enfant portait le même prénom que lui, on comprend aisément pourquoi.


    Lorsqu’ils ont eu 21 ans, les parents de ce fils là se sont mariés. Il avait 3 ans.



    Ce fils là, c’est mon papa.





    Il y a un an lorsqu’à mon tour j’ai su que j’allais devenir maman, mes grands-parents ont su touver des mots pour m’accompagner dans ma tourmente. Ma grand-mère m’a beaucoup parlé de son fils, lui aussi né dans la tourmente, à me dire aussi souvent « ton père a tout de suite su se faire aimer, tu verras que ton enfant saura ». Elle aussi s’est sentie bien seule pendant sa grossesse puis les premiers mois de vie de son fils, même si le papa n’était pas loin.


    Lorsque j’ai mes grands-parents au téléphone, ils demandent systématiquement des nouvelles du papa de ma fille. Parce que c’est important pour eux que cet homme là aille bien. Et c'est tellement précieux pour moi !

    Si aujourd’hui je trouve mes marques dans ma nouvelle vie de maman, qui ne ressemble pas à celle que je m’étais imaginée, c’est aussi grâce à eux.

    Et je suis fière que ce fils là, ce soit mon papa, l’amoureux de ma maman, et le grand-père de ma fille.



    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 15:33

    Le pouce, c’est plutot un individu taquin.

     

    Le pouce, tu l’as trouvé, tu sais qu’il est bien dans ta bouche, ou plutôt que c’est bien quand tu l’as dans ta bouche. Seulement voilà… quand tu arrives à le mettre dans ta bouche, paf, ton bras te kidnappe ce pouce, et l’envoie trop loin… plus de pouce !

     

    Ta main aussi joue les coquines, et cache souvent le pouce dedans. Tu regardes alors ton poing d’un air perplexe… à la recherche du pouce perdu…

     

    Le pouce, c’est bien pour se calmer. Mais ça, tu ne t’en es pas encore rendu compte parce qu’un pouce fuyant, ça ne calme pas, c’est sur ! Pour l’instant, le pouce, c’est quand tu es calme, ou encore la recherche du pouce est une activité à part entière… Tu le suces alors très fort, la main toute ouverte sur ton visage.

     

    Le pouce n’est pas très discipliné pour l’instant… tu lui demandes de toute ta force d’aller dans ta bouche… mais lui, il n’y va pas, il préfère l’œil, le nez, la joue…

     

    Depuis quelques jours, tu as trouvé la technique imparable : tu vises le nez avec ton pouce, puis tu descends, et hop, dans la bouche !

     

    Hier, je t’ai vue le faire avec tes deux pouces, longer le nez, et hop, la bouche. L’espace d’un instant, tu avais les deux pouces dans la bouche. Tu t’es détendue de bien-être, puis tes bras ont emmené tes pouces loin de la bouche…

     

    Tes pouces et toi, c’est toute une histoire, que je ne me lasse pas d’observer…

     

    15.01.2009

    pouce

     
    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    4 août 2008 1 04 /08 /août /2008 11:17

    « Petit bébé a déjà trouvé le chemin de la sortie… »


    Ce sont les mots de l’interne qui essayait de comprendre pourquoi le chemin de la sortie, justement, était un peu ouvert…


    Il faut grandir encore un peu petit bébé, rester au chaud quelque temps, pour être en forme à l’arrivée.
    Il faut grandir encore un peu pour que nous soyons prêts, ton papa et moi, à t’accueillir en douceur.


    La maison commence tout doucement à se transformer pour t’accueillir… les bébés plus grands t’envoient de quoi t’habiller, ta chambre commence à prendre forme doucement, elle sera très jolie.
    Tu auras le berceau de Myrtille et Lilou pour tes premières nuits, puis le lit de Laurélise, ta cousine.


    Parfois, je passe un petit moment dans ta chambre. Lorsqu’il pleut, la pluie raconte des histoires sur le velux, c’est un bruit que tu aimeras sûrement.


    Grandis encore un peu mon petit cœur, grandis tranquillement.


    Profite de ton cocon, profite de nos moments douceurs, à deux, à trois lorsque ton papa est là, avec le chien aussi qui pose parfois la tête sur mon ventre. Profites-en, ce sont des moments précieux. Pour ma part, je les savoure…


    Tu peux avoir confiance ma puce, nous serons là, et nous serons prêts… mais je t’en prie, grandis au chaud…


    Extrait d'un dessin de Sophie Jourdan

     

    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article
    20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 12:51
    Parce que le premier dessin était une esquisse,
    parce qu'il voulait faire plus joli,
    voilà la version couleur et non moins taquine !
    Merci Cardi !

    Repost 0
    Published by Nyl - dans Amandine...
    commenter cet article