Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 21:21

    C’est seulement aujourd’hui que je me rends compte, que ma Mémée a traversé deux guerres. Deux guerres toutes entières.


    Deux guerres dont je ne me souviens pas avoir parlé avec elle.


    Ma mémée, je l’appelais mémée Poule. Elle était de plus en petite et moi de plus en plus grande. Elle me disait toujours que j’avais encore grandi. Ma mémée m’a offert ma boite à couture, dont je me sers toujours. Elle est tout en vrac ma boîte à couture, et chaque fois que je l’ouvre je me dis que ça, ça ne lui plairait pas trop à ma mémée.


    Ma mémée, je sais qu’elle regarderait ma jolie demoiselle, qu’elle n’a pas eu la chance de connaître, avec ses yeux bienveillants de mamie qui aime les aime les enfants, qu’elle l’appellerait « ma p’tite fille ». Un jour qu’elle avait un peu plus d’un an, j’observai ma tartelette en train de s’activer à sa table de dessin. Et j’ai vu ma mémée, elle lui ressemblait. Alors j’ai continué de la regarder en souriant.


    Ma mémée, elle m’a appris des mots que j’utilise toujours, des mots que tu ne connais pas forcément. Le dvantio et le ramasse-bourrier par exemple. Ma mémée parfois, elle regardait par la fenêtre pour dire « ho, l’temps s’aberdaunit, y va cheu’n’r’napée ! ». Dans ce cas là, soit on restait au chaud dans la maison fraiche, soit on sortait les parapluies.


    Ma mémée, elle habitait dans la maison où j’habiterai quand je serais grande avec mes sept enfants. Ou pas finalement. Cette maison là.


    Ma mémée, je crois qu’elle serait contente de savoir le métier que je fais aujourd’hui, et qu’après mon dos cassé j’y suis arrivée. Qu’est-ce que j’aurais aimé pouvoir lui annoncer !


    Ma mémée, elle s’appelait « hé dis donc », ou « es-tu là » quand c’est mon pépé qui l’appelait. Ma mémée a appris à lire à tout plein d’enfants, dont ma maman, son frère et ses sœurs. Ma mémée m’a appris à jouer au scrabble, et j’aime toujours autant les mots, les vrais. J’ai l’impression de contaminer ma fille.


    Ma mémée enfin, je l’ai racontée à ma fille, comme mon pépé d’ailleurs. Du haut de ses trois ans un jour où l’on passait pas loin de chez eux, elle leur a envoyé des bisous prout. Pour les faire rigoler, parce qu’on ne doit pas trop rigoler souvent quand on est mort, m’avait-elle dit sans prononcer les R qui n’avaient pas encore trouver le chemin de sa toute petite bouche. Une autre fois ici, dans ma maison qui a elle aussi un escalier en bois et quelques recoins dehors, Amandine a couru en rond dans le jardin pour revenir s’asseoir près de moi. Elle m’a expliqué qu’elle pensait à Pépé et Mémée Poule. Elle les avait fait courir un peu parce qu’on doit pas courir beaucoup quand on est mort.


    Bon anniversaire Mémée ! 100 ans c’est pas tous les jours.


    On est un peu éparpillés tu sais, mais qu’est-ce qu’on pense à toi, à vous ! Et je sais que nous tous, ta famille, à la manière d’Amandine on te fait partager nos petits et grands bonheurs en pensant fort à  toi, à pépé. Et il n’y en a pas un qui fait du vélo sans prendre pépé sur son porte bagage. Merci pour tout !

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by Nyl - dans des gens ...
    commenter cet article

    commentaires

    mafee 18/05/2014 22:14


    et pourquoi tu me fais couler mes yeux toi, hein ??? ...
    Ya un truc qui me dit que ma mémé à moi, qui a elle aussi connu deux guerres en vrai et entière, et dont je ne sais que quelques bribes un peu rigolotes, mais très peu le reste, si ce n'est que
    "c"était un peu dur deux mômes toute seule, quand même, qu'il est rentrée de sa prison dans le froid quand mon papa avait presque déjà 5 ans, alors elle sait que des fois ça peut être dur pour
    moi" (même si je suis persuadée que quand même ça doit être bien moins dur pour moi).


    Ma mémé, donc, probable qu'elle aurait bien aimé la tienne.


    Ma mémé à moi, j'ai la grande chance de l'avoir encore, avec ses presque 102 ans. et j'y suis tous les mercredi. Et je sais la chance que j'ai. Et tous les mercredis, en lui faisant la bise pour
    lui dire au revoir, je lance un "à mercredi prochain, mémé", à chaque fois un peu plus fort, un peu parce que ses oreilles deviennent un peu sourdes à force d'avoir servi tout ce temps, un peu
    pour conjurer le sort (et je crois qu'elle le sait) (et je redoute le jour où elle me dira avec ses grands yeux qui voient plus trop à force d'avoir servi tout ce temps, eux aussi "oh tu sais,
    mercredi prochain, c'est loin")


    Ma mémé, un mercredi y a pas longtemps, nous a fait un petit malaise .. on a bien flippé avec ma tante.. et puis, quand elle a été mieux, après s'être remise de ses émotions, elle nous a dit
    "oh... y a bien qu'aux vivants que ça arrive, des choses pareilles"


    Ma mémé, le jour où elle partira rejoindre toutes ses copines qui sont pas sympas parce qu'elles viennent plus la voir, et son mari mon pépé qui aurait beaucoup aimé mon fils, je suis sûre
    qu'elle croisera la tienne. Elle feront des concours de bisous prout ;-)