Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 14:42

    Ces deux là sont jumeaux. Tout pareil, l’un comme l’autre. Ils sont deux sur les listes, mais ces deux là ne font qu’un. Pas simple quand le projet du centre tourne autour du respect de l’individu… Comment faire lorsque cet individu est double ?


    Ils sont jumeaux à tel point que l’un va peu sans l’autre, que leurs prénoms sont siamois. Ça pourrait être Kevin et Melvin, ou Maxime et Maxence, ou encore Théophile et Théodore. Mais ça n’est pas ça. Ils sont tellement un seul qu’ils ont la même valise, le même doudou, les mêmes fringues. Ils sont tellement unis, que lorsqu’un va mal, l’autre aussi, que lorsque l’un rit, l’autre aussi.


    Ils sont si jumelés l’un à l’autre, qu’ils ont tous les deux le même défaut de prononciation. Les sons [s] , [z], [j] ou [ch] se prononcent dans leurs deux bouches de la même langue humide, au milieu du palais, comme un [ch] pas tout à fait [ch], un peu [j] aussi, et surtout très mouillé.


    Leur identité est à deux, complètement, au point qu’ils en jouent et jouent avec nous. Ils se cachent l’un de l’autre, ils se cachent de nous, et nous surprennent. L’un surgit devant nous, peut être tombé du plafond, sorti d’une trappe mystérieuse, toujours soudainement.


    LA question. Celle à laquelle aucun d’entre nous n’a jamais su répondre avec assurance :


    « Alors, [ch]uis Melvin ou [ch]uis Kevin ? »


    Pour moi, cette question, c’est une angoisse. J’attache tellement d’importance à nommer celui qui est en face de moi, à le reconnaître, que mon inaptitude à répondre à cette question me pèse. Ils le savent. Je suis la victime préférée de leur jeu du « ki[ch]ui[j] » ?


    Ils s’y mettent à deux parfois aussi.
    « Alors, [ch]’ est qui mak[ch]ime et [ch]' est qui Mak[ch]en[ch] ? »

    J’essaye à chaque fois, parfois ils me disent que j’ai gagné, mais je ne sais jamais.

    Ils sont tellement pareils, tellement jumeaux, qu’ils ne font vraiment qu’un.

    Que deviendront-ils si un jour ils se perdent ?


     

     LIENS :

    "Des mômes..." article précédent 
    "Des mômes..." article suivant 
    "Des mômes... " premier article
    "Des mômes..." le sommaire

    Partager cet article

    Repost 0

    commentaires

    Nelly 15/04/2007 20:52

    Cubik et thorn : le côté pratique, bien évidemment. Mais que va-t-on faire de vous ?

    Thorn 15/04/2007 12:04

    Fallait en taper un, comme ça, tu aurais pû distinguer celui qui a l'oeil au beurre noir de celui qui l'a pas :o))

    cubik 14/04/2007 12:19

    c'est pratique, s'il y en a qui tombe en panne, on peut prendre les pieces sur l'autrereste juste à savoir quel est l'original et quel est le clone

    Nelly 13/04/2007 19:29

    Rebecca : Ils doivent avoir 21 ans maintenant ces deux là... Je suis sûre qu'ils vieillissent bien et qu'ils sont restés joueurs ! La colo était très courte (maxi 10 jours), et je n'ai pas d'autre souvenir d'eux que ce jeu là. biz !

    rebecca 13/04/2007 18:51

    je t'assure que ça vieillit très bien les jumeaux et qu'en général ça fait des gens plutôt sympas et qui se marrent bien entre eux.
    si, si !!