Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 00:54
    "Des mômes ..."

    - C’est demain qu’on va chez les vieux ?
    - Hé t’es fou on dit pas ça, ça pourrait être ta grand-mère !
    - Ma grand-mère, elle est même plus vieux, elle est morte, alors tu sais on peut dire vieux, c’est mieux que mort, et puis tu verras, c’est vraiment des vieux.


    Ces vieux qui les font tant parler vivent dans une grande bâtisse moderne, un peu au dessus de la colo. On passe devant chaque fois qu’on va faire du tir à l’arc. Les vieux sont souvent dehors le long de la route, ils cherchent un peu de soleil, ou le prennent comme prétexte pour voir passer nos bandes de gamins en vacances.

    L’idée est venue de nous, puis on leur a proposé. Ceux qui voulaient, ça pourrait être sympa de leur offrir un peu plus que le  bonjour en passant.

    La sauce a fonctionné, les enfants ont bien voulu. L’idée n'est pas seulement d’apporter du bon temps à nos vieux d’à côté, l’idée est aussi d’aller leur montrer ce que l’on sait faire, partager un moment.

    Les vieux nous ouvrent leurs portes, et nous offrent un goûter.
    Nous entrons dans un bâtiment qui sent la vieillesse, solitudes isolées les unes à côté des autres.

    Heureusement qu’Alain Gillot-Pétré a accroché le soleil sur la Savoie : le goûter musical peut avoir lieu dehors...

    Ces vieux là le sont vraiment, vieux montagnards marqués par le froid et le soleil, vieux montagnards déjà peu bavards lorsqu’ils vivaient chez eux, la peau tanée et les mains crispées.

    Les mômes ont la peau lisse, les yeux qui pétillent, ils s’agitent et jouent de tout. Une fois la porte passée, les mômes se taisent et observent, les mômes s’intimident.

    Des mains ridées cherchent le contact de celles des enfants.

    Les enfants baissent les yeux.

    Très timidement, une première chanson s’élève du groupe d’enfants. La chanson est à gestes, c’est une rengaine, l’histoire de margot et de son vélo, un trou dans le pneu, le chewing-gum dans le trou, la chanson est finie. Mais on la recommence. D’autres intonations, d’autres sons, la chanson sert à poser la voix, les gestes l’accompagnent. Mais simplement Margot, son vélo et son chewing-gum, à l’infini.

    Les vieux à tête baissée lèvent le regard, les mains figées s’agitent tranquillement en rythme, des sourires se dessinent sur leurs visages.

    Les enfants le sentent et le voient.

    Le son monte et leurs gestes prennent de l’assurance. La chanson finit en apothéose.
    Quelques vieux applaudissent avec les mains, la plupart avec les yeux, et font oui de la tête.

    Alors les enfants continuent. D’autres chansons, des morceaux aussi, à deux à trois, parfois un peu plus.

    Lorsque nous entamons « ta Katie t’a quittée », de Bobby Lapointe, un écho se fait entendre du côté du public. Certains la connaissent, tous sont étonnés de l’entendre chanter par nos gamins qui articulent à la perfection.

    Au moment du goûter, les mains ridées ont trouvé les mains douces des enfants. Ces vieux là ont dans leur tête leurs petits-enfants qui sont loin, ces enfants là pensent à leurs vieux à eux.

    Des enfants continuent le concert en aparté avec celle ou celui qui aura montré plus de curiosité.

    Chacun profite de ce moment de rencontre, de respect…

    On craignait le choc des deux mondes, la musique a ouvert deux parenthèses dans les vies de ces deux centres si proches et si loin l’un de l’autre.



    Quelques jours plus tard, plusieurs grands-parents ont reçu des nouvelles de leurs petits-enfants, partis passer quelques jours en musique en montagne.


    Partager cet article

    Repost 0

    commentaires

    Nelly 25/12/2007 23:11

    souslesmots : c'est parfois bon de sourire en pleurant... merci beaucoup de ton commentaire.Cécile : c'est l'inverse : des fois c'est dur même dedans... tu vois ?

    Cécile 21/12/2007 11:27

    Le vieux des fois c'est tout tendre sous une croute dure.des fois seulement...

    souslesmots 21/12/2007 09:46

    et voilà je pleure...mais je souris aussi.des bises