Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 19:59

    Sur la péniche, des vélos.

    Une douzaine je crois.

    La première année, la première sortie, nous avons suivi le canal pour attendre la péniche. Aventure absolument fantastique, tout en ligne droite, et qui tient en une heure maximum. La péniche en a mis trois.

    Pas de carte, pas de projet.

    Alors on a un peu baroudé autour des canaux histoire de combler les trois heures. On a fait des jeux aussi pour apprendre à s’arrêter, à accélérer, pour maîtriser sa monture.

    La deuxième année, on a décidé de faire mieux. On est parti avec des cartes routières, des guides bleus du routard de la Hollande, et des sacs à dos. On a recommencé les jeux, histoire d’avoir une caravane qui roule droit.

    La veille de chaque sortie vélo, on prenait les guides bleus du routard, on prenait les cartes, et on se mettait par terre dans un coin pour chercher quoi faire avec nos vélos. Ou alors le matin même, on partait à l’aventure, avec les cartes.

    Un cimetière classé par ici, des moulins par là, une piscine de l’autre côté, le marchand de glace au passage. Le tout en toute sécurité, la Hollande, c’est vraiment le paradis du vélo.
    Pique-nique et argent de poche dans les sacoches, c’était parti pour l’aventure. Le défi reste de taille, il faut retrouver la péniche le soir, qui se sera déplacée. La ville d’arrivée est connue, mais pas le lieu d’amarrage.

    D’aventure en aventure, les mômes ont eu un peu plus soif, un peu plus envie de découvrir. Alors ils ont monté un projet. Projet camping. On part pour deux jours et une nuit, ce n’est plus l’aventure, c’est l’expédition.

    A ce moment là, c’est devenu sérieux : budget prévisionnel, choix de l’itinéraire, recherche du matériel, négociation avec l’organisateur pour acheter les tentes et autres duvets. Le rêve fou prenait tournure, l’expédition portait même un nom « la nuit camping en vélo ». Superbe nom.

    Notre voyage en péniche et son parcours est déclaré minuté aux autorités locales, il faut faire un additif pour la partie « la nuit camping en vélo ». Me voilà partie avec Paul Emile et Victor à la Mairie du coin, avec notre projet, le nom du camping, le budget et le nom du magasin de toiles de tente.

    L’administration locale a dit non. L’administration locale a donné la règle : « si en Hollande avec des mineurs partir camper tu voudras, alors deux mois plus tôt ton projet tu déclareras».

    Le budget est resté à l’état de prévisionnel, l’expédition à l’état de projet, le projet à l’état de rêve.

    Les mômes étaient déçus, nous aussi. Mais le seul fait de monter ce projet tous ensemble et de l’avoir porté jusqu’aux autorité a été une grande aventure, un vrai projet d’enfants. Ils étaient déçus, mais pas en colère, ils comprenaient.

    En fin de séjour, on a quand même fait la nuit camping, mais version de rechange : « la nuit camping dans la péniche ».

    Les gamins ont dormi dans la grande salle, sous leurs couettes, tous ensembles.

    En théorie, c’est interdit de faire dormir des enfants de plus de 4 ans garçons et filles mélangés. Alors on a bien insisté sur le fait que c’était juste ceux qui le souhaitaient, pour s’amuser. Ils ont tous souhaité, et ils ont dormi comme des bébés, bercés par le roulis une dernière fois, à rêver d’une nuit sous la tente.
     


     "Des mômes..." article précédent
    "Des mômes..." article suivant
    "Des mômes..." premier article
    "Des mômes..." le sommaire

     

    Partager cet article

    Repost 0

    commentaires

    Francis 28/06/2007 16:50

    Beeeeeh c'est sale !Incitation à la débauche, t'as de la chance qu'il y ait prescription.

    Le Caribou 28/06/2007 08:38

    Ah ouaiiiiii c'est interdit!!!!!!!!!!!! Parce que sur le haricot on dormaient tous sur le pont... gars et filles mélangés (et c'est pas une image) Mouhahahahahaha

    Nelly 28/06/2007 08:21

    Mélina : c'était facile... ha les enfants des autres surtout quand ils sont  étrangers, en hollande, c'est protégé.cubik : hu hu hu chuuut... en même temps, y'a pas forcément besoin qu'ils dorment tous ensemble pour trouver le moyen de baladeuser les mains... 

    cubik 28/06/2007 06:51

    mouais, il a bon dos le roulis pour justifier les mains baladeuses >)

    Mélina LOUPIA 27/06/2007 23:45

    Paul Emile et Victor, alors là bravo.En revanche, c'est fort de Gouda, la Hollande qui légalise le cône et qui tatillonne sur les séjours en camping.Des bizettes