Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 19:32

    Je suis rentrée chez moi après ces trois semaines de parenthèses qui m’avaient déconstruite.Je suis rentrée chez moi et j’ai voulu dormir, très longtemps.

    Je suis rentrée chez moi, et j’ai raconté la colo à ma maman. Je ne sais plus si j’ai tout raconté, mais j’en ai dis beaucoup.

    Ma maman, elle était maîtresse d’école. Pas institutrice ou professeur des écoles, non, c’était la maîtresse. Un jour un élève lui a même offert un joli verre avec une fleur dessinée dessus, et l’inscription « à ma maîtresse ». C’est pour dire… 

    maman, c'est la maîtresse 

     


    Ma maman, elle a été ma maîtresse aussi. Mes deux meilleures années d’école, même si elle ne me laissait rien passer, et se moquait gentiment de moi lorsqu’en athlétisme j’étais incapable de sauter en hauteur un fil qui m’arrivait à mi-cuisse, alors que les autres y arrivaient tous. C’était ma meilleure classe aussi, je crois que je me souviens de tous mes copains et de leurs prénoms. Et j’en ai gardé une tout prêt tout prêt, là-haut dans la montagne.

    Ma maman, c’était une maîtresse qui parle fort, qui parle dur parfois, mais qui connaît par cœur tous ses élèves du bout des doigts. Une maîtresse qui fait aimer les maths à celui qui en a peur, une maîtresse qui se met dans les buts quand elle fait faire du hand aux élèves, une maîtresse qui ne les classe pas dans l’ordre, une maîtresse qui réécrit en entier les rédactions de celui qui est dyslexique et écrit tout entoutatachésanzespassécomon-parlsaufcanfoalléalaligne, pour pouvoir le noter sur le fond. Une maîtresse qui sait créer un groupe classe. Une maîtresse avec laquelle on fait stage de voile, pur moment de bonheur où l’on apprend tellement de choses sans en avoir l’air, où on apprend surtout à se faire confiance, et à faire confiance aux autres.

     

    maman en stage de voile 


    Ma maman, c’est aussi celle qui a fait que j’ai toujours voulu travailler avec les enfants, mais jamais être institutrice. Je voulais donner les moyens de grandir à un enfant, de devenir un adulte responsable de ses choix, qui a confiance en lui, et qui n’oublie pas  qu’il a été enfant un jour. Mais je ne voulais pas lui inculquer un programme pré-défini, le noter, le classer, être seule face à lui au milieu des 25 à 30 autres qui réclament autant d’attention et ne pas pouvoir tout voir, lui imposer de me voir chaque jour face à lui pendant une année scolaire sans pouvoir s’échapper, l’obliger à passer à l’exercice suivant alors qu’il n’a pas compris le précédent, pour respecter ce fameux programme.

     

    J’admire beaucoup les enseignants qui arrivent à évoluer dans ce système là, en respectant chaque enfant, en leur donnant le goût d’apprendre. Ils sont plus nombreux qu’on le pense, parce que plus discrets peut-être.

    Mais ça ne me ressemblait pas. Alors j’ai fait animatrice. J’ai fait deux ans d’études pour obtenir un DUT-Carrière-Sociale-Animation-Socio-Culturelle. J’ai fait animatrice parce que ça me semblait le métier auprès d’enfants, ou même de plus grands, qui permettait de travailler plus avec les autres, de fédérer ce système composé de tant d’adultes référents, pour ne pas oublier que cet enfant est le même quel que soit le moment de la journée. Parce que je pense que l’agir est la meilleure façon d’apprendre, de grandir, et de se souvenir, parce que ces apprentissages sont des choix et des envies. Parce que pour faire un bateau-pirate, un vrai, même tout petit, il faut lire des livres, compter, mesurer, découper, parler, collaborer, en faire couler 100, et recommencer.

    Alors quand je suis rentrée de cette colo là, que j’ai dit c’est terminé, j’ai trouvé ma maman, ma maîtresse aussi. Qui m’a écoutée d’abord. Puis qui a parlé un peu fort un peu dur pour me dire que quelques jours après je repartais, que je m’étais engagée. Je suis partie, elle avait raison. Avec la ferme intention que cette fois c’était le dernier départ. Je ne savais plus ce que j’aurai voulu faire quand je serai grande.

    A mon retour, elle qui me connaissait par cœur du bout des doigts m’a proposé de passer mon BAFD, le brevet qui permet d’assurer non plus les fonctions d’animation, mais de direction des centres de vacances ou de loisirs. Il n’en était pas question. J’avais dit que c’était fini.

    Je ne pouvais plus agir, elle l’a fait pour moi, et a appelé les CEMEA, organisateur de ces formations, puis m’a passé le combiné. J’aurai pu dire « désolé c’est une erreur », j’ai demandé les renseignements pour m’inscrire à la prochaine session, et j’ai renvoyé mon dossier.

    maman au carnaval (photo bonus) 


    Les deux colos de l’été 1994 furent effectivement les dernières que j’ai faites.

    En tant qu’animatrice.

    Et je ne remercierai jamais assez ma maman…
     

     


    "Des mômes..." article précédent
    "Des mômes..." article suivant
    "Des mômes..." premier article
    "Des mômes..." le sommaire

     

    Partager cet article

    Repost 0

    commentaires

    Loïca 10/08/2007 19:00

    Ce je ne sais pas ce que je ferais sans ma Maman, ni où je serais aujourd'hui.. On leur doit tant à nos Mamans

    tiphaine 19/06/2007 21:39

    Moi aussi j'aurais bien voulu avoir une maîtresse comme ta maman!

    Le Caribou 12/06/2007 10:33

    Très beau :o)))))Mais Pourquoi j'a pas eu de maitresse comme ta maman????????.... Pffff elle passait dans les cages au hand!!!!!! Ca c'est un signe qui ne trompe pas.....

    batilou 11/06/2007 21:40

    En tous les cas tu la remercies très joliment avec ce post, cette maman :-)

    CloClo 09/06/2007 22:06

    Une madame qui me traverse la foule et me saute litteralement au coup la premiere fois qu'elle me voit ne peut pas etre completement mauvaise :o)