Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

...

Recherche

Avec mes doigts :

Mes doigts, des aiguilles et de la laine :

  • Mes doigts, des pinceaux et des visages :

  • les z'amis

    Bulledair
    Tricot Nordique
    Tricofolk, par Sandrine...
    Dentelles et fil d'été...
    Blogs qui tricotent pas...
    Blogs tricotent...

    chez Nyl :    visiteurs

    9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 23:48

    La fête médiévale est finie, les yeux sont secs, les futures compositions des groupes de musique parleront suicide et les impros théâtrales maladies de la tête, les BD auront pour titre le prénom de celui qui est parti. C’est l'intérêt des colos artistiques, pour accompagner les jeunes dans leurs questions complexes sur un monde qui dérange.

    La baignade surveillée nous attend.

    Je manœuvre délicatement le J9 avec mes petits bras musclés de camionneur. Le car est à peine garé que trois chiens fous partent en courant vers la flotte et se déshabillent en même temps. On se croirait dans un film : les fringues volent en tous sens, ils courent, ils plongent.

    Trois jolis plongeons souples, parallèles, des plongeons qui glissent juste à la surface de l’eau.

    Ils sont beaux.

    Les trois se relèvent : l'eau ne leur arrive pas aux genoux.

    Les trois se retournent, ils ont laissé leur peau sur le fond du bassin, qui fait moins de 40 cm de profondeur.


    Ma copine assistante sanitaire a déjà sa trousse de secours à la main. « J’aurai pas assez de compresses… » Elle a raison, ou alors il lui faut des compresses géantes…
    Les pompiers arrivent, les badigeonnent. Jaune + rouge = orange, ils sont magnifiques.

    Départ collectif vers l’hôpital, les pompiers, les trois jeunes, ma copine et ses compresses.  L’hôpital vérifie les cervicales : plus de peur que de mal, c’est le vernis qui est parti, tout est encore bien rangé à l’intérieur.
    C'est l'heure du retour pour ce qu'il reste de la bande. Le chauffeur de car en a déjà marre de cette colo, pourtant il n’était là que depuis le matin, lui. A un rond-point, il accélère, je le perds, et prends la mauvaise route. C’est une voie rapide, il n’y a pas de sortie, on fait des kilomètres avant de pouvoir faire demi-tour. Enfin, le camion reprend sa route vers la colo, enfin bientôt la fin de la journée. Elle aura été longue.

    Tellement longue que le J.9 aussi en a marre. Il s’arrête. Plus rien. Même pas de warning, le véhicule est arrêté sur la voie de droite, les autres voitures passent à plus de 90 km/h sur la voie de gauche, personne ne s’arrête.

    Les jeunes se rangent de l’autre côté de la barrière de sécurité, un d’entre eux va se mettre un peu plus loin pour faire signe. Finalement, je suis bien contente qu’ils n’aient pas 5 ans !

    Les téléphones portables ne font pas encore partie de nôtre quotidien, il faut trouver le moyen d'appeler la colo. Le seul bâtiment à vue d’œil qui peut contenir un téléphone est de l’autre côté de la route. Thomas vient avec moi, on traverse... On traverse une voie rapide… (avec succès)
    J’espère que les autres vont rester tranquilles, ne vont pas tenter l’impossible.

    Un vieux monsieur nous entrouvre une porte. Il finit par ouvrir un peu plus et nous laisse appeler. A la colo, les adultes plus responsables que les autres, qui souhaitaient se prendre une journée tranquille râlent. Après les pleurs et les cris du début de journée, l’attente de la maman de celui qui est parti, la rencontre et le départ qui ne furent pas très simples, l’hôpital pour les trois inconscients, il faut aller récupérer le J9 égaré et en panne. Tu parles d’une journée tranquille…

    « Il est vraiment en panne ? »
    ... Non non c’est une blague, on a très envie de faire des blagues, c’est l’ambiance médiévale tout ça…

    Ils sont venus nous chercher, nous sommes rentrés. Je crois que cette nuit là, personne n’a fait la nuit.

    Ni les ados, ni nous. 


     LIENS :

    "Des mômes..." article précédent 
    "Des mômes..." article suivant 
    "Des mômes... les ados" premier article
    "Des mômes..." le sommaire

    Partager cet article

    Repost 0

    commentaires

    Francis 11/05/2007 12:40

    Halala, c'est à ça qu'on confie notre belle jeunesse ? Faut pas s'étonner si la france en est là où elle est, hein.Un titre ?Y'a des tambours dans ton histoire ? Non.Y'a des trompettes ? Non plus. Alors appelle la : Sans tambour ni trompette. (c'est po de moi)

    Mélina LOUPIA 10/05/2007 02:47

    "Si Vous Avez Une Idée De Titres, Les Commentaires...Merci!"
    Mais c'est trèèèèès bien ça comme titre.
    Sinon t'as euh...Bonne Nuit.
    Ou
    Des Bizettes, je suis claquée.